Éducation à l’Environnement et au Développement Durable

Informer, sensibiliser les citoyens pour favoriser leur participation à la vie du territoire, éduquer les jeunes et former les adultes tout au long de la vie…

 

Témoignages - Dossier Produire et consommer responsable

Voir aussi dans ce dossier :

Terre de liens

JPEG - 8.5 ko

« On peut dire que Terre de Liens sème des graines chez les citoyens, pour faire émerger une responsabilité collective de la terre, qu’ils soient ou non agriculteurs : la terre qui peut accueillir une activité agricole responsable, des fermes à taille humaine, respectueuses de l’environnement.
Par le moyen de l’épargne et l’investissement solidaires, par l’implication dans l’éducation populaire, Terre de Liens voudrait rendre compréhensible à tous la gestion du foncier agraire.
Terre de Liens s’appuie sur un réseau associatif et deux outils, la Fondation Terre de liens (d’utilité publique) et la Foncière Terre de liens, sous la forme d’une ’société en commandite par actions’ pour l’investissement solidaire : acquérir des terres agricoles pour éviter leur disparition, les mettre à disposition d’agriculteurs bio (en utilisant largement un outil méconnu, le ’bail rural environnemental’).
On essaie de mettre en cohérence les aspirations croissantes des citoyens vers une alimentation saine, la création d’emplois locaux, des fermes de taille raisonnable et en nombre, sur tout le territoire… mais la tâche est rude dans le contexte national, européen et international qui pousse vers l’inverse ! »

Crèches : à la Rose des vents, on expérimente les couches lavables

JPEG - 150.3 ko

Depuis l’ouverture de la crèche de la Rose des vents à Gaillac, fin août 2013, la communauté de communes Tarn & Dadou expérimente l’utilisation de couches lavables auprès de la trentaine de jeunes enfants accueillis. Bien qu’il soit trop tôt pour dresser un bilan de cette opération, il apparaît d’ores et déjà que la quantité de déchets produite a été quasiment résorbée.

L’expérimentation se caractérise par le test quotidien de différents modèles de couches. Elle n’a pu se concrétiser qu’avec l’adhésion du personnel au projet et la coopération des familles, tout en prenant garde au bien-être des enfants. Elle s’inscrit dans le cadre du Programme Local de Prévention des Déchets, à travers lequel les élus s’engagent à agir pour améliorer la collecte des déchets d’une part, les réduire d’autre part.

Véritable projet éco-responsable pour la Communauté de communes, la généralisation
des couches lavables dans d'autres crèches Tarn & Dadou pourrait être envisagée après la phase d'évaluation de l'expérimentation à la Rose des Vents, à l'automne 2014.

Les affiches font campagne !

JPEG - 163 ko

Dans le cadre du projet d’avenir « Respect no limit » mené par le lycée agricole Fonlabour en 2013 qui visait à aborder le respect sous toutes ses formes, les élèves de 1re de baccalauréat professionnel ont travaillé ce thème en relation avec l’agriculture à travers la réalisation d’affiches. Les élèves de 1re productions animales ont étudié la notion de bien-être animal et ceux de 1re productions horticoles se sont concentrés sur le thème d’une agriculture respectueuse de l’environnement. Dangers des pesticides, impact de ces derniers sur la santé, démarche d’agriculture biologique, élevage intensif, recours aux antibiotiques, poules pondeuses, sont autant de sujets qui sont traités à travers ces affiches qui abordent ce thème tant du point de vue de l’agriculteur que du consommateur.

A partir du thème imposé, les élèves, travaillant pour la plupart en binômes, ont dû choisir le destinataire, le message et le contenu de leur affiche : certaines visent à sensibiliser ou choquer, d’autres informent ou invitent à une manifestation. Les affiches et les autres productions réalisées dans le cadre de ce projet d’avenir (marque-pages) ont fait l’objet d’une évaluation certificative dans le cadre du module MG1 en documentation. Elles circulent actuellement dans différents établissements de la région Midi-Pyrénées.

A. Canizares - LEGTA d’Albi

Recycler et réemployer pour insérer

JPEG - 23.7 ko

L’association Récup’Actions 65 développe des activités économiques de récupération et de valorisation d’emballages et d’objets, tout en animant des ateliers avec des personnes en insertion professionnelle.
Il s’agit de matériaux récupérés, détournés, mis en vente (papiers, livres, cartons, électroménager) en provenance d’entreprises, de particuliers ou de communes et d’un atelier de repassage et de retouches.
La recyclerie des Forges réunit désormais dans un même lieu les activités et les compétences de quatre associations spécialisées dans la récupération de déchets valorisables.

La recyclerie dispose d’un espace d’accueil et de tri des dons de 300m2 et d’un espace de vente de 120 m2. Elle propose une offre variée : électroménager, matériel informatique, livres, vêtements, meubles et bibelots.
L’action de Récup’Actions respecte les priorités de développement humain (égalité hommes/femmes, égalité des chances, développement durable et intégration des personnes handicapées) et accompagne chaque salarié dans la mise en place d’un emploi pérenne dans le secteur marchand et dans les formations nécessaires.
À travers son activité de collecte et de recyclage Récup’Actions contribue également à la préservation des ressources naturelles.

Parents et enfants réunis autour de goûters-débats !

JPEG - 80 ko

A Puylaroque, le PEPS (Pôle Enfance Puylaroque Septfonds) et l’association Histoires Recyclables ont mis en place un rendez-vous régulier pour les enfants et leurs parents sur la thématique « alimentation et déchets ». L’idée : partager un moment convivial autour du goûter tout en discutant des conséquences de nos choix alimentaires et des possibilités de consommer responsable.

Ainsi, tous les deux mois, s’ouvre aux parents pour une heure d’animation ludique et éducative. Dès le mois de novembre dernier, les participants ont pu échanger leurs réflexions sur les possibilités de consommation alimentaire responsable et apprendre à déchiffrer les logos sur les produits de consommation courante. En Janvier, ce sont les conséquences en aval qui ont été abordées, avec la vaste problématique de la gestion des déchets. Lors des deux prochains rendez-vous, la saisonnalité des fruits et légumes ainsi que le panel des solutions locales seront discutés autour d’un goûter à présent 100% éco-responsable !

Les ateliers s’organisent autour de jeux de pictogrammes, de photo-langage et de forum pour les plus grands et d’activités manuelles pour les plus jeunes. En plus de poser aux intervenants présents toutes leurs questions, les participants profitent de ces petits moments pour échanger de bons plans locaux ! De quoi nourrir les estomacs et les esprits, donc…

Pour en savoir plus, contacter l’association d’éducation populaire du PEPS (Pôle Enfance Puylaroque Septfonds) au 05.63.30.80.15 ou l’association Histoires Recyclables au 05.63.31.90.72

En 2014 la JECO a fait peau neuve !

JPEG - 351.1 ko

Retour sur la Journée des ECO-entreprises Midi-Pyrénées
Le 18 mars 2014 s’est tenue la 3e Journée des Eco-entreprises, organisée par le club Midi-Pyrénées Eco-Entreprises sur le thème d’actualité : « les achats durables dans la commande publique et privée ». Cette année, la JECO a privilégié les débats, les échanges d’expériences et l’information.
Auparavant considérée comme un outil favorisant la réduction des coûts, la politique d’achat fait, aujourd’hui, partie intégrante de la démarche RSE des entreprises privées et des collectivités locales.
Cette évolution peut encourager l’innovation, la croissance du tissu TPE/PME, l’emploi et générer plus d’interaction entre acteurs économiques.
Mais à l’heure où marchés publics et contrats privés prennent de plus en plus en compte la dimension du développement durable, qu’en est-il de leurs stratégies d’achat ?
Pour y répondre, la JECO a prévu plusieurs temps forts :
Une conférence d’introduction, rythmée par les interventions de l’ADEME, OBSAR, AFNOR et de juristes spécialisés, a permis de poser le sujet et d’ouvrir les débats avec des donneurs d’ordre privés et publics (Conseil Régional, Mairie de Toulouse, Véolia Environnement, EDF et Green Buro).
La journée s’est poursuivie avec des ateliers plus techniques qui répondaient à des problématiques spécifiques (telles que l’efficacité énergétique, la gestion des déchets ou l’éco-conception) exprimées par les donneurs d’ordre.
Cette journée a accueilli environ 200 visiteurs, qui ont souligné et apprécié la qualité des échanges et des interventions !
Vous pouvez télécharger les présentations des intervenants des ateliers.

http://www.ecoentreprises-mip.fr/

Contact CCI Midi-Pyrénées/Club éco-entreprises Midi-Pyrénées : Laurence Guillat
laurence.guillat@midi-pyrenees.cci.fr

Un potager au bureau

Potager du bâtiment associatif ANADYR, 108 route d'Espagne
Potager du bâtiment associatif ANADYR, 108 route d’Espagne

La résidence ANADYR est un bâtiment regroupant diverses structures (associations et coopératives) travaillant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.
En septembre 2013, l’association Terr’eau ciel a installé un potager sur le balcon du 5e étage de cette résidence pour retisser du lien entre l’Homme et la terre, objectif global de Terr’eau ciel.

Terr’eau ciel intervient une fois par mois auprès des salariés du bâtiment pour les former à l’art du jardinage écologique, formations théoriques autour des thématiques suivantes :

  • En novembre : « les premiers pas au potager », connaissances de bases
  • En décembre : « rotations et associations », principes d’alternance et associations bénéfiques de certaines cultures
  • En février : « connaissez-vous l’agriculture ? » ou l’importance de l’agriculture dans le monde
  • Au printemps : formations plus pratiques avec la gestion du potager, choix des variétés, semis et plantation, gestion des maladies, récoltes, etc.

Les salariés s’organisent à tour de rôle, pour l’arrosage du potager.
Le jardin potager est un formidable outil pour réfléchir à la continuité de la cohérence entre le travail et les loisirs.
A titre d’exemple, des poubelles sélectives ont été mises à disposition au jardin (poubelle papier/carton et poubelle organique pour déchets verts, sachets de thés, marc de café, etc.). Avec ce potager géré selon les principes de l’agroécologie, les salariés peuvent venir chercher des plantes aromatiques pour agrémenter leur repas de midi, partager quelques récoltes mais aussi et surtout avoir envie de reproduire chez eux ce qu’ils apprennent au travail !

Entreprise REGAIN : pas un fil ne traîne !

JPEG - 149.7 ko

A Castres, dans le Tarn, l’entreprise REGAIN fabrique depuis 1973 des pulls haut de gamme et des uniformes de qualité, taillés sur mesure. Ses clients sont tout aussi prestigieux qu’exigeants : l’Armée de Terre, la Marine Nationale, les Sapeurs-Pompiers, Le Musée du Louvre…
Dans ses ateliers, quatorze salariés montent, assemblent et traquent le moindre défaut. 18 métiers à tricoter, des kilos de bobines de fils tricotent 300 pulls par jour !
Dans l’entreprise REGAIN, pas un fil ne traîne !
Les pulls en fin de vie sont en effet revalorisés, et les chutes de fils récupérées pour une filature qui les recyclera en fils cardés.
En Novembre 2011, l’entreprise REGAIN a été la première entreprise textile française à obtenir le Label LUCIE. Ce label concrétise l’engagement de la société en faveur du développement durable.
La société REGAIN démontre ainsi sa capacité à être un « fabricant responsable », et est membre adhérent au Club Dirigeants Durables Midi-Pyrénées, Club d’entreprises piloté par la CCI Midi-Pyrénées.
Pour conserver ses équipes et ses ateliers en France, Regain, acteur régional de l’économie circulaire*, fait ainsi le pari de la compétence humaine, de l’innovation technique et de l’approche écologique.
* L’économie circulaire : système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (bien et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement (définition ADEME)
http://www.regain-perform.com/

Contact entreprise REGAIN : Laurent BRUNAS - Dirigeant
contact@regain-perform.com

Contact CCI Midi-Pyrénées/Club Dirigeants Durables Midi-Pyrénées : Patricia CALMELS
patricia.calmels@midi-pyrenees.cci.fr

Circuits courts, recyclage et gaspillage alimentaire au self

JPEG - 163.8 ko

Au lycée agricole de Pamiers, le self utilise souvent des produits locaux :
tous les fruits et légumes proviennent de l’exploitation, le pain vient de la boulangerie de Pamiers, la viande d’un boucher de Foix, tous les poulets sont certifiés « label rouge » élevés par des producteurs locaux venant de Carla Bayle et le fromage est fabriqué à Saint-Girons.

Dans notre self, on recycle les cartons, le verre, les conserves, les briques de laits, les emballages plastiques et les papiers.

Au niveau du gaspillage, c’est énorme ! Par exemple, on jette en moyenne 10 pains par jour. Pour limiter ce gaspillage, nous faisons des affiches de sensibilisation. En général, au lieu de jeter les déchets alimentaires, nous les donnons aux animaux.
Ce tas de pain est le pain gaspillé sur 2 jours (du mardi midi au mercredi soir) et dans cette poubelle, la nourriture gaspillée par les élèves.

« Je voudrais prendre les poubelles de déchets alimentaires et qu’une personne puisse les trier et les amener à l’exploitation pour en faire du compost » nous a dit le chef cuisinier.

Les cuisiniers accueillent en stage les classes de SAPAT première année qu’ils initient à l’hygiène alimentaire et sensibilisent au tri.

Des éco déléguées du LEGTA de Pamiers
Contact : delphine.le-coq@educagri.fr

Un journal de classe sur les activités nature

JPEG - 95.4 ko

L’école Vinsonneau de Montastruc-la-Conseillère étudie les liens entre nature et cultures, à partir de la biodiversité, l’agriculture, les déchets et l’alimentation.

Une pédagogie de projet en poche, les élèves sont partis à la découverte de ce qui les entoure pour mieux appréhender le milieu dans lequel ils évoluent. Et pour que la matière étudiée soit aussi vivante que le sujet lui-même, ils sont allés à la rencontre des acteurs de leur territoire : après avoir interviewé des agriculteurs du pays tolosan, ils ont rédigé, composé les textes, recherché des photos, élaboré un dossier de presse tout en se perfectionnant avec l’usage de l’informatique.

La lecture des paysages autour de l’école, a permis de comprendre comment l’agriculteur a contribué à leur façonnage. Petit à petit les élèves ont approché les notions d’engrais verts, de lutte biologique, de compostage des déchets organiques. Ils ont découvert un outil innovant avec le robot « désherbant » après avoir rencontré son inventeur. L’observation de la culture du blé les a conduits à la fabrication de nombreux petits pains de toutes les formes.

Aujourd’hui, ils comprennent mieux ce que signifient la qualité de l’eau et la fertilité de la terre.

Voici le dossier qu’ils ont constitué autour de 5 reportages : L’agriculteur nourrit et protège la terre nourricière, Nos amis les gardiens de la biodiversité, Elevage dans les pacages – libre équilibre, OZ le petit robot, la fabrication du pain.

Les collègiens disent "stop au gaspillage alimentaire" !

JPEG - 242.4 ko

2014 : une école primaire, un lycée et 5 collèges tarnais (à Lavaur, Castres, Albi, Labruguière et Saint-Sulpice) inscrits dans le programme « Eco-collèges 81 » ont décidé d’agir. Des élèves éco-délégués, des agents de la restauration, les gestionnaires, des enseignants… se sont rassemblés avec l’aide du CPIE des pays tarnais pour mettre en place une enquête au sein des restaurants scolaires. Après des visites des cuisines, des interviews, des projections de films et des recherches, les élèves ont investi les salles de restauration lors d’un déjeuner. Vêtus de chasubles facilement repérables, les élèves enquêteurs ont interrogé les collégiens, pesé des assiettes et leurs contenus en cuisine, pris des photos et vidéos, observé (puis pesé) la quantité de déchets à la fin du repas et proposé aux élèves la signature d’une charte (rédigée par eux). De nombreuses données ont été récoltées et vont ensuite être analysées. Des actions plus ciblées seront poursuivies et cette même opération sera reproduite plus tard dans l’année afin d’observer l’évolution du niveau de gaspillage après cette sensibilisation.

En savoir plus :
Jean-Fabien Gineste : Educateur Environnement au CPIE des pays tarnais - jf.gineste@cpie81.fr
JP Rumeau : Gestionnaire du collège des Clauzades, Lavaur - 0811032G@ac-toulouse.fr
Hélène Magnanon : Responsable du Service Environnement, Conseil Général du Tarn - helene.magnanon@tarn.fr

2014 est l’année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Le gaspillage alimentaire est le fait de jeter des aliments encore comestibles à la poubelle, cela correspond à 1/3 de la production agricole mondiale. Producteurs, grandes surfaces, restaurateurs, consommateurs, usagers des restaurants scolaires… tout le monde est concerné à différentes échelles de la filière agro-alimentaire. Cf. pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.
http://alimentation.gouv.fr/pacte-national-lutte-antigaspillage

Ville de Fenouillet

Consulter la démarche
Consulter la démarche

C’est tout naturellement que la commune de Fenouillet s’est lancée dans la démarche de compostage des déchets organiques, à grande échelle. En effet, ayant mis en œuvre un agenda 21 sur son territoire, la Ville a souhaité aller plus loin que la collecte de déchets en réduisant notablement le volume des déchets.
Objectif : collecter les déchets organiques de la restauration municipale, les composter en formant le personnel de restauration sur la démarche, sensibiliser et informer tous les protagonistes, jeunes et adultes, utiliser le compost pour fertiliser les espaces verts de la commune…
Bilan très positif de l’opération, ce qui a permis à cette démarche d’être reconnue par la communauté urbaine de Toulouse, qui l’a baptisée Démarche pilote : en cohérence avec les démarches responsables du territoire, la Ville de Fenouillet transmet son savoir faire aux municipalités qui souhaitent s’engager dans des opérations similaires.
Un gage de sérieux qui permettra sans doute de mobiliser à terme de nouvelles équipes municipales. Aujourd’hui, enfants, parents et professionnels municipaux se sont fédérés autour de cette opération responsable.

Contact Mairie de Fenouillet
Cathy.solomas@mairie-fenouillet.fr

Recyclo'Bat, ressourcerie spécialisée sur les matériaux du bâtiment

Interview d'Edouard Baudouin et David Muse

Comment vous est venue l'idée de créer une ressourcerie sur cette catégorie de déchets ?
Quelques mois passés sur les chantiers de construction/rénovation suffisent pour juger du volume important de déchets produits.
A partir des idées du type « ressourcerie », nous créons une structure capable de collecter, valoriser et revendre ces matériaux. Nous souhaitons également participer à la sensibilisation du grand public et des professionnels à ce sujet.

Que proposez-vous de différent par rapport aux filières existantes de gestion de déchets du bâtiment ?

1/ Le recyclage concerne à peine 20% des déchets du BTP pour l’instant.
Nous proposons donc de récupérer et valoriser plus de déchets du BTP, afin de les remettre en vente. L’intérêt écologique, économique et social d’une telle démarche est évident : moins de ressources consommées, moins de déchets finaux, des matériaux à moindre coût.

2/ Sensibiliser les entreprises et leur offrir un mode de gestion alternatif de leurs déchets.
Accompagner les professionnels du BTP pour une gestion plus économe de leurs déchets, et plus généralement des matériaux… Le recyclage tel qu'il est pratiqué aujourd'hui conduit souvent à dépenser plus d'énergie pour recycler des matériaux que pour en fabriquer des nouveaux.
Par ailleurs le tri sélectif (censé être la norme) sur les chantiers de construction reste difficile : manque de formation et d'information des opérateurs, des ouvriers (recours massif à l’intérim), délais resserrés, manque de place….

3/Optimiser le tri, et structurer une filière de réemploi
Cela permettrait l’émergence de petites entreprises spécialisées, une réduction des coûts de gestion des déchets (pour les entreprises et les collectivités).

4/ Sensibiliser le grand public et mettre en place une plate-forme du réemploi
Il nous faut vaincre la réticence du public à l’idée d’acheter des matériaux de seconde main : beaucoup d’idées reçues, et la facilité, poussent à jeter un objet et le racheter neuf plutôt que de le réparer.
Recyclo’Bat veut être un lieu d’échange et de sensibilisation : permettre l’accès à un atelier pour encourager la réparation, le détournement d’objets, la création à base de récupération, proposer des formations au tri au bricolage, mais aussi informer sur l’achat responsable, le développement durable. En somme : être une plate-forme du réemploi.

Edouard Baudouin et David Muse, fondateurs de Recyclo’Bat
recyclobat31@gmail.com